Le 3ème pilier pour financer un projet immobilier

L’État propose le 3ème pilier principalement comme moyen pour disposer de fonds financiers afin d’avoir un bon niveau de vie après la retraite. Ce n’est pas le seul moyen de faire usage de ce dispositif, et on peut y recourir pour financer l’acquisition d’une habitation. C’est une initiative qui est cependant soumise sous conditions.

Devenir propriétaire d’une maison avec le 3ème pilier

Lorsqu’on parle du 3ème pilier, il s’agit d’une cotisation du particulier, qui doit lui permettre de compléter le 1er et le 2ème pilier au moment de la retraite. La mise en place d’avantages fiscaux pour ce pilier spécifique fait qu’il est intéressant de s’y orienter. Beaucoup décident d’utiliser l’argent ainsi accumulé pour un projet immobilier donné. S’il s’agit d’un 3ème pilier 3A, sauf quelques exceptions, on ne peut pas accéder à l’argent avant les 5 ans qui précèdent ou succèdent la date officielle de la retraite.

Voici les situations qui permettent d’utiliser le 3ème pilier pour un projet immobilier :

  • Vous payez pour votre résidence principale, que ce soit en achat ou en location
  • Vous remboursez des hypothèques pour un bien immobilier
  • Vous participez financièrement à l’acquisition d’un bien où vous résidez

Selon le cas de figure, le retrait est possible tout en bénéficiant encore d’une bonne partie des avantages fiscaux.

Faire un retrait de manière directe

Si vous choisissez d’utiliser l’argent en vue d’un des projets immobiliers mentionnés plus tôt, vous pouvez le faire à tout moment. Sur www.mon-3emepilier.ch, vous avez accès à un grand nombre d’informations essentielles qui permettent de tirer profit au mieux du 3ème pilier. L’argent peut être retiré dans sa totalité ou en partie, et cela possède certaines implications. En premier lieu, les sommes retirées de votre 3ème pilier seront imposables, et vous aurez donc des impôts supplémentaires.

Ainsi, décider de tout retirer d’un coup va vous faire perdre les différents avantages fiscaux du 3ème pilier. En plus, vous devez vous charger de payer l’impôt relatif à la somme en question. La pratique la plus courante pour cela est celle du retrait partiel, de manière périodique. Dans cette situation, vous continuez à payer la banque de votre côté. Il tient à vous évaluer si c’est intéressant de faire des retraits, et si oui, quelles sont les sommes optimales.

La solution du nantissement

Le nantissement est une façon d’utiliser le pilier 3A            Sans même qu’on ait à y toucher de manière directe pour un projet immobilier. Celui-ci peut servir de garantie, et vous pouvez faire la promesse à la banque de lui payer son dû au moment où la somme pourra être accessible.

Les avantages de cette méthode sont variés, et par exemple, vous pouvez toujours bénéficier des remises fiscales. Si vos calculs sont bons, il est même envisageable qu’un surplus reste une fois que vous ayez payé l’établissement bancaire. Pour que tout se passe bien, la clé est de choisir un crédit hypothécaire qui soit avantageux pour vous. Les intérêts pour de tels crédits vont rester les mêmes au fil du temps, et peuvent s’accumuler rapidement.